camerise petit fruit quebec granby antioxydant fruit seche vitamines recolte origine recettes

La camerise: un petit fruit fort étonnant!

Bonjour chère communauté du Silo!

Est-ce un bleuet difforme? Non. Est-ce une variété de bleuet? Non plus. Est-ce un fruit exotique qu’on fait importer de loin? Pas du tout! Mais qu’est-ce que la camerise alors? J’ai piqué votre curiosité? Allons découvrir la camerise ensemble!

Un bleuet élancé qui n’a pas peur du froid!

La camerise ressemble à un bleuet qu’on aurait légèrement pressé en le roulant entre les doigts; un bleuet dodu devenu élancé si on veut! Ce fruit porte plusieurs noms : en anglais, on camerise fruit bleuet forme variete arbuste chevrefeuille haskap japon longue vie rustique froid resisterle nomme « haskap », un terme japonais qui signifie « baie de longue vie »; au Canada, on le connait sous les noms de chèvrefeuille bleu ou baie de miel; au Québec, l’association Camerise Québec, un regroupement de producteurs et d’agronomes, lui a récemment donné son nom accrocheur sous lequel nous le connaissons aujourd’hui afin de faciliter sa commercialisation. Peu importe le nom qu’on lui attribue, ce fruit provient d’une même plante, le camerisier. Cet arbuste n’a pas froid aux yeux! Capable de résister à des températures aussi basses que -47°C, le camerisier ne tremble pas face à nos hivers canadiens. De plus, ses fleurs pouvant tolérer jusqu’à -7°C sans compromettre la production de fruits, il est bien adapté à nos gels tardifs du printemps. Bref, c’est comme si la camerise était née pour être récoltée au Québec!

Les origines lointaines d’un produit local

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le plant du camerisier n’est pas originaire d’ici. Et non! Il est originaire de l’Asie, principalement en Russie (Sibérie), au Japon et en Chine. La majorité des plants du Québec ont été importés de la Russie (qui travaille depuis plus de 50 ans sur cette plante), mais aussi de l’Université de Saskatchewan (grâce au travail de Dr. Bors et son équipe). Depuis les années 2000, cette dernière possède un programme dévoué à développer différents cultivars du camerisier afin d’obtenir des fruits plus gros et plus sucrés. Malgré le fait que la camerise est un fruit relativement nouveau au Québec, l’industrie connait une croissance exponentielle depuis 2007, l’année de ses débuts. D’ailleurs, on dénombre aujourd’hui environ un million de plants à travers le Québec, ce qui fait de la province le plus important producteur au Canada! quebec province important producteur camerise saguenay granby region estrie origine russie saskatchewanImpressionnant lorsqu’on sait que les premiers camerisiers ont été plantés il y a de ça seulement neuf ans! C’est au SaguenayLac-Saint-Jean que tout a commencé. On peut dire que cette région domine actuellement l’industrie puisqu’elle est responsable du tiers de la production de la province. Mais l’Estrie n’est pas à plaindre! L’entreprise La Camerisière Granbyenne, qui, vous l’aurez deviné, est située à Granby, est la pionnière en terme de production en région! C’est de là que viennent nos délicieuses camerises séchées (vous ne les avez peut-être pas remarqué encore, elles sont récemment arrivées au Silo!). Alors la prochaine fois que vous serez à Granby, peut-être aurez vous la chance de contempler la grande fierté de Francine L’Heureux, propriétaire de l’entreprise, soit ses quelques 8 000 plants de camerisiers!

Une récolte particulière

La méthode de cueillette de la camerise peut paraître quelque peu étrange, ou du moins, peu familière si on la compare aux autres fruits. Il suffit de placer un filet ou un bac au pied du plant et de le secouer pour que les fruits tombent tout simplement! S’ils ne quittent pas les branches après cet exercice, c’est signe que les camerises ne sont pas encore arrivées à maturité. Chez La Camerisière Granbyenne, les petits fruits sont récoltés manuellement en utilisantmethode recolte manuelle mecanique camerise avantages production commerciale oiseaux maladies froid des aides-récolteuses; toutefois, Francine L’Heureux planifie passer à la méthode mécanique en 2018 afin de pouvoir récolter plus rapidement et efficacement et maximiser la qualité du fruit cueilli. L’arbuste ne requiert pas beaucoup d’attention; il est peu sujet aux maladies et aux infestations d’insectes. Seule chose à faire attention : les oiseaux! Ils raffolent des fruits; ils peuvent même vider un arbuste en moins de 24 heures! Les camerisiers doivent donc être bien protégés… sinon les oiseaux risquent de se servir avant les producteurs! C’est le premier fruit à être récolté en saison, sa période de récolte variant de la mi-juin à la mi-juillet. Cela permet aux producteurs de cultiver des camerises sans compromettre la culture des autres petits fruits, tel que le bleuet par exemple. Bref, le camerisier offre plusieurs avantages pour un producteur commercial!

 

Saviez-vous que les camerisiers sont autostériles? En d’autres mots, il faut le pollen d’un autre cultivar pour assurer leur fécondation, sinon il n’y aura pas de fruit. Un producteur doit donc avoir différents cultivars dans son champs (de préférence, trois variétés) afin d’assurer une pollinisation adéquate! Chez La Camerisière Granbyenne, ils utilisent 7 variétés différentes. De plus, le camerisier peut produire des fruits dès la première année suivant sa plantation. Il faut cependant attendre au moins trois ans avant d’obtenir une récolte intéressante pour la commercialisation. La patience paie par contre, car c’est une plante vivace qui peut perdurer pendant 40 ans… si on en prend bien soin, évidemment!

 

Petit fruit, beaucoup de nutriments

Plusieurs s’intéressent à la camerise pour son profil nutritionnel… et je les comprends! En effet, côté nutrition, la camerise se distingue légèrement des autres petits fruits, surtout par son contenu en antioxydants : la camerise contiendrait 60% plus d’antioxydants que la framboise et 20% de plus que le bleuet (selon les études du Brunswick Labs aux États-Unis). Impressionnant puisque le bleuet est reconnu pour son contenu en antioxydant et le voilà détrôné par la camerise! On dit que c’est la couleur rouge vin de sa chair qui lui donne cet avantage sur la chair pourpre du bleuet. On se rappelle que les antioxydants protègent notre corps des dommages causés par les radicaux libres, molécules impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Par ailleurs, la camerise dépasse aussi largement ses confrères en vitamine C. Non seulement cette vitamine joue un rôle antioxydant, elle facilite également les fonctions immunitaires et l’absorption du fer présent dans les aliments, participe à la cicatrisation des plaies et aide à maintenir l’intégrité de la peau. Finalement, ce petit fruit est une bonne source de vitamine A (en fait, je devrais plutôt dire du précurseur de la vitamine A, puisque celle-ci est fabriquée dans notre corps et ne se retrouve pas sous sa forme active dans les aliments… mais bon, ce n’est qu’un détail technique). Saviez-vous que la vitamine A est l’une des vitamines les plus polyvalentes? Eh oui! Elle joue un rôle dans plusieurs fonctions de l’organisme, telles antioxydants vitamine vision nocturne sante yeux systeme immunitaire protectionque la croissance des os et des dents, la santé de la peau, la protection contre les infections…mais cette vitamine est certainement mieux connue pour son rôle dans la santé des yeux, plus précisément la vision nocturne. À noter que la vitamine A est mieux absorbée dans l’organisme lorsqu’elle est accompagnée d’une petite quantité de lipides; il est donc favorable de consommer la camerise avec un yogourt gras ou quelques noix, par exemple.

La camerise séchée de La Camerisière Granbyenne

Tel que mentionné au tout début, nous sommes heureux de maintenant vous offrir les camerises séchées de La Camerisière Granbyenne! En fait, je devrais plutôt dire les camerises déshydratées, car l’entreprise utilise les serviceslogo entreprise camerisiere granbyenne locale estrie region camerise deshydratee d’Anhydra (compagnie dont je vous ai parlé dans mon dernier article). Ainsi, La Camerisière Granbyenne est en mesure d’offrir un produit de qualité sans sucre, sans sel ni huile ajouté… simplement la camerise à l’état pur! De plus, l’implantation des camerisiers à Granby est pré-certifiée biologique avec l’organisme Écocert et devrait pouvoir afficher sa certification biologique officielle en 2017. Ayant grandie dans un milieu agricole avec un grand souci pour l’environnement, on peut avoir confiance que Francine L’Heureux prend bien soin de sa terre et de ses petits fruits. Propriétaire de La Camerisière Granbyenne et vice-présidente de l’association Camerise Québec, il est facile de voir son amour pour la camerise! Lorsqu’elle fit son retour à la terre en 2012, elle tomba sous le charme de ce fruit, non seulement pour son goût unique, mais aussi pour ses valeurs nutritives fort intéressantes et son endurance en termes de production et de longévité. Avec une passion comme ça, pas surprenant que son entreprise ne cesse de grandir depuis!

La camerise en cuisine

Certains décriront son goût comme un mélange entre le bleuet, la framboise, le cassis et la mûre… sucré, mais avec une pointe d’acidité et d’amertume; tandis que d’autres affirmeront simplement qu’il est difficile de comparer avec les saveurs des autres fruits, puisque son goût est si unique! Alors à vous de la découvrir! La camerise fraîche se mange telle quelle, comme les autres petits fruits. On dit qu’elle se marie particulièrement bien avec les produits laitiers. Elle peut servir à la confection de plusieurs collations et desserts (muffin, pâtisserie, tarte, confiture, sirop, yogourt, etc.). La camerise déshydratée peut remplacer les canneberges, les raisins ou les bleuets séchés dans vos céréales, votre gruau, votre mélange de noix ou encore votre barre-collation préférée. On peut aussi retrouver ce fruit sous sa forme congelée, idéale pour la confection de collations et de desserts, mais aussi pour les smoothies! Visitez le site de Camerise Québec pour quelques idées recettes!

camerise petit fruit gout idees recettes collations desserts smoothies vinaigrette association Camerise Quebec

 

On se dit à la semaine prochaine. Passez une belle journée!

Marie-Christine, nutritionniste du Silo épicerie bio-vrac

Marie-Christine Parent

Marie-Christine Parent

2 Comments

  1. Oui j’ai une question comment les protéger des oiseaux , je ne trouve pas de filet convenable avez vous une autre solution ?

  2. Mon fils a 7000 plants de camerises et la moitié de sa récolte n’est pas vendue, il demeure à St-Charles de Bourget au Saguenay. Nous sommes bien malheureux de voir ses petits fruits qui ne prennent pas preneur.
    Auriez-vous une suggestion à nous proposer?

Laisser une réponse

Votre courriel ne sera pas publiéé